Entretien

 

DSC_3150

Entretien avec Laurent Boghossian

 

  • En quelques mots, de quoi parle ce spectacle « Soyons Nous-Mêmes »

« Soyons Nous-Mêmes !» c’est la mise en musique de notre vie de tous les jours et de toutes les croyances, toutes les contraintes et barrières qui font que l’on n’est pas soi- même au quotidien, que l’on joue souvent un rôle pour faire ce que l’on croit que les autres attendent de nous.

J’ai ainsi résumé en plusieurs séquences, un peu de mon histoire et de mon parcours, ainsi que celle des gens que j’ai rencontrés ces dernières années. Le spectacle est tonique et positif : il met en avant le fait, et avec beaucoup d’humour, qu’il faut de nos jours lutter bien plus qu’auparavant pour vraiment bien se connaître, s’accepter et vivre la vie que l’on mérite.

 

  • Comment vous est venue l’idée de ce spectacle ?

L’idée est venue progressivement au travers de mon activité de coach.

Je réalisais des conférences pour des entreprises sur des thématiques d’actualité : comment gérer son temps, comment maîtriser ses émotions, prendre ses responsabilités, manager et améliorer son leadership, comment trouver l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle.

Puis au fil des conférences, j’ai rajouté de l’humour, des petites mises en scène et cela a commencé à fonctionner auprès de l’audience. Au final, je me suis dit que rassembler tout cela au sein d’un show pourrait intéresser de nombreuses personnes, qui pourraient s’y retrouver.

Au départ, cela ne concernait que l’univers professionnel et petit à petit le spectacle est né, laissant la place à notre vie quotidienne, privée ou professionnelle.

 

  • Comment passe-t-on du coaching au One Man Show ?

J’ai toujours été attiré par la prise de parole en public et je n’en ai jamais eu peur. J’ai
longtemps été musicien et animateur de soirée, donc être derrière un micro ne m’a
jamais fait peur. Et puis j’ai un côté vanneur que j’ai su développer. En revanche,
apprendre à respirer sur scène, bien articuler, tenir physiquement une heure quinze de
spectacle, faire tomber les vannes au bon moment, changer de rythme, varier les
émotions… ça c’est un métier d’artiste qui m’a demandé et qui me demande encore
énormément de travail.

 

  • Ca vient d’où cette volonté de monter sur scène ?

Comme beaucoup de gens qui un jour montent sur les planche, les raisons tournent
autour de l’envie de donner du plaisir, de partager, l’envie d’être écouté, de convaincre,
d’amuser, le besoin exagéré de plaire et d’être aimé.

A une époque, je me suis entendu dire « Laurent, qu’est-ce que tu es égocentrique ! ».

Aujourd’hui, ce n’est vraiment plus un problème. En fait, cela ne l’a jamais été. Il suffit juste d’utiliser ce qui nous définit comme une force.

Ce qui est compliqué, c’est de se l’autoriser.

 

  • Pourquoi avoir attendu si longtemps avant de vous lancer ?

Parce que je n’étais pas prêt et que je devais pas de nombreuses étapes, succès et
échecs afin de me laisser aller à faire ce qui me semble naturel. Je n’arrivais pas à
lâcher sur mon diplôme d’ingénieur, ma carrière d’informaticien ou mes aptitudes de
coach. J’ai du passer par certaines frustrations professionnelles pour réaliser que ce n’est
pas parce que l’on a toutes les cartes en mains, que l’on est à la bonne table de jeu.
L’adversité révèle le caractère plus qu’elle ne le forge. Face à un contexte de crise, des
contrats annulés au dernier moment, j’ai du me recentrer et aller chercher au fond de
moi les ressources me permettant de proposer aux gens quelque chose pour laquelle je
serai accepté.

 

  • Quelles ambitions avez-vous pour ce spectacle ?

Je suis ambitieux mais j’ai appris à vivre au jour le jour. Je ne vois pas plus loin que la prochaine date.

Je vais faire en sorte de proposer le show à des comités d’entreprise, des associations, des théâtres et cafés-théâtres afin de le jouer sur scène devant le plus grand nombre. J’irai où le vent me portera.

J’ai appris que l’on ne contrôle que peu de choses et que, quel qu’il soit, on n’échappe pas à son destin.

Ceci étant, si cela me mène vers une carrière artistique et de grandes salles, je suis désormais près à ne pas laisser passer ma chance.

%d blogueurs aiment cette page :